Lifestyle

Quelques gestes éco-responsables

27 février 2020

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai bousculé mon quotidien de quelques gestes éco-responsables pour préserver au mieux notre jolie planète. Pourquoi cette date ? Il y a un an, j’ai été arrêtée suite à une blessure au genou et mes 3 semaines allongée sur mon canapé m’ont permis de prendre le temps de lire, de regarder des vidéos, de creuser le sujet qui me travaillait déjà depuis quelques mois. Et ça a été un véritable déclic… Comment pouvons-nous ne rien faire alors que notre planète vit sa période la plus noire ? Mon père vous dirait que c’est trop tard, écolo de toujours, il est aujourd’hui plutôt dans une phase de découragement. Je lui répondrais qu’on n’a rien à perdre, que trop tard ou pas, ça ne coûte rien d’agir, avec de petits pas, sans pour autant juger tous les écarts des uns et des autres. Il me dirait qu’on devrait tous vivre dans des biens plus petits et radicalement tout changer pour que ça ai un impact. Je lui répondrais qu’on n’est pas prêts à ça et qu’il vaut mieux 10 000 petits gestes que 10 personnes 100% zéro déchets.

Et depuis un an, j’avais envie d’en parler par ici. Mais j’ai retardé, retardé, et encore retardé l’échéance. Pour une raison simple, la peur de manque de légitimité sur le sujet et la peur de m’en prendre plein la tête en me reprochant mon dernier voyage en avion. Je ne suis pas parfaite mais je cherche à diminuer à mon rythme mon empreinte écologique. Et malgré mes nombreux écarts, j’ai profondément réduit mon nombre de kilos de déchets et ma consommation d’énergie en 2019 et j’en suis plutôt fière. Alors, je me dis que si ce que j’ai appris peut vous servir et si mes petits gestes peuvent vous inspirer, oui, cet article a une utilité et oui mon influence ne peut qu’être positive.

Un an après, on fait donc le bilan avec une liste plutôt complète à prendre comme des idées glissées par-ci par-là. L’idée n’est pas de tout appliquer à la lettre mais si après avoir lu cet article vous changez l’une de vos habitudes, c’est déjà ça de gagné pour notre planète chérie. Elle le mérite et nos futurs enfants également.


C’est dans ma salle de bain que mon premier geste a commencé avec les cotons lavables que j’utilise depuis septembre 2018 mais c’est dans ma cuisine que j’ai réellement commencé à changer mes habitudes l’an dernier. C’est donc dans cette pièce que l’on va commencer.

1 – Dans ma cuisine

La diminution des déchets : l’achat en vrac

L’achat en vrac a augmenté de 40% en 2019 ! C’est juste énorme. Bon en même temps, on partait de loin, mais c’est énorme quand même et je trouve ça bien de le souligner. Diminuer nos déchets me semblait ultra urgent et consommer en vrac était le premier geste à mettre en place « facilement ». On a poussé la porte d’un Biocoop il y a un an et demi et étonnamment ou pas, on a pris énormément de plaisir à découvrir tout un tas de produits qu’on ne voyait pas de la même façon. En grands consommateurs de pâtes, on a commencé à acheter en vrac des produits simples : pâtes, du riz, des lentilles ; des produits de « première nécessité » qui se conservent facilement. On a noté les temps de cuisson précisés sur chaque produit et on a estimé les doses nécessaires. Pour les transporter, on a acheté des sachets en tissus réutilisables et des bocaux pour la maison (à la fin, je vous mets où tout trouver pour commencer). Petit à petit, avec l’habitude, vous arrivez à faire un tout pile entre les sachets et les bocaux et vous savez exactement ce dont vous avez besoin en quantité. Et en plus, c’est bien plus joli dans la cuisine. Si vous emmenez vos bocaux en magasins, commencez par demander à la caisse de noter la tare en dessous, elle sera retirée à la fin et vous avez besoin de la noter qu’une fois. Perso, je prends en général deux bocaux, les plus gros, celui pour la farine car c’est toujours plus simple que de retransvaser à la maison et soit un gros de pâtes, de riz ou de sucre selon mes besoins.

On a ensuite été un peu plus loin et élargi nos achats en craquant notamment sur tout le nécessaire de notre granola maison – recette Daphné Moreau . Ce qui se fait naturellement quand on consomme en vrac, c’est que l’on consomme moins d’aliments transformés, on a plus envie de cuisiner et ça c’est chouette. Pour ce granola : flocons d’avoine, amandes, noisettes, graines de tournesol… Tout ça dans nos petits sachets avec ce qu’il faut pour l’apéro également. Côté conservation, la plupart des aliments achetés en vrac sont des aliments secs et se conservent très longtemps. L’idéal est tout de même de bien mettre un joint à vos bocaux s’ils n’en ont pas, on a eu un seul cas de pourriture avec un riz oublié qui a accueilli quelques vers au bout d’un an, c’était sympa à nettoyer (il manquait le caoutchouc au bocal). Sinon, on consomme tout dans les 3 mois environ et tout est toujours très bon (le chocolat on le garde un mois et demi max). N’hésitez pas à poser la question aux vendeurs en magasins, j’en ai posé un tas quand j’ai commencé et ils sont en général de très bon conseil. Et côté temps de cuisson, soit je prends une photo de « l »étiquette » ou alors on les retrouve facilement sur Google.

Petit à petit, on a rajouté de plus en plus de produits à notre liste et aujourd’hui on ramène notre bidon et bouteille pour l’huile d’olive, notre bocal pour le sirop d’agave, notre bidon vide pour l’adoucissant ou le liquide vaisselle… C’est plus contraignant quand on part faire des courses oui car on part les mains pleines mais franchement, on s’y est vite habitué et finalement, c’est tellement plus logique !

Où acheter en vrac ?

Les magasins pour faire ses courses en vrac se multiplient, alors que c’était autrefois réservé aux enseignes d’alimentation biologique, le vrac a aujourd’hui envahi les rayons des grands groupes alimentaires et on trouve maintenant des rayons vrac dans la plupart des supermarchés, pas obligatoirement bio (Carrefour, Leclerc, Monoprix). Personnellement, je ne suis pas parfaitement convaincue par ces rayons (des histoires de faux vrac circulent, il n’y a pas encore assez de contrôles) et je me tourne donc encore vers les magasins bio spécialisés vrac où j’aime aussi avoir un conseil et où il y a en général moins de monde. J’voue que si je me suis lancée dans le vrac, c’est aussi suite à un ras-le-bol des grandes surfaces alors si c’est pour y revenir, je ne vois pas l’intérêt, sachant qu’on a quand même besoin d’y aller pour d’autres produits, je sépare totalement ces deux types de courses. On trouve de plus en plus des petits magasins locaux bio comme celui où je vais en ce moment nommé Tout part en vrac à Saint-Genis-Laval, mais sinon, voici les chaînes qui me viennent en tête : La vie Claire, Biocoop, Day by Day, Bio c bon, L’eau vive.

La consommations de produits locaux, bio et de saison

Ok, c’est chouette d’acheter en vrac, mais il ne faut pas oublier de regarder d’où vient tout ce que l’on achète, parce que c’est bien beau d’économiser un peu de déchets mais si nos pommes de terre ou nos pâtes ont fait 10 000 kms, on est d’accord que ce n’est pas vraiment l’idéal. Depuis bientôt deux ans, on consomme 80% de nos fruits et légumes en local, et quand je dis local, c’est vraiment local car on récupère tout à pieds. On a la chance de vivre sur un plateau agricole et notre agriculteur préféré vend en direct dans notre rue tous les vendredi soir. On trouve donc des pommes cultivées dans les champs autour de chez nous. Alors oui, toute leur production n’est pas bio mais une bonne partie l’est et je privilégie le local au bio. Quand par contre ils sont fermés comme en ce moment et que je passe en supermarché, je privilégie le bio d’une part côté goût mais aussi côté qualité tout de même. Le vendredi soir, on trouve aussi un jus de pommes et une compote qu’ils font eux-même, et on trouve aussi une fromagère et un boucher des villages alentours. Acheter local, c’est évidemment privilégier les fruits et légumes de saison, à ce sujet, je fais encore quelques écarts mais on fait de plus en plus attention à ça, ce qui nous permet de découvrir de nouvelles recettes ! Renseignez-vous pour savoir si vous n’avez pas ce genre de vente près de chez vous, il y en a plus qu’on ne l’imagine et il y a aussi évidemment les marchés ou les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne).

La consommation de viande et de poisson

L’impact de la consommation de viande sur la planète est impressionnant… La production d’un kilo de viande émet 5 à 10 fois plus de gaz à effets de serre que celle d’un kilo de céréales (source : ADEME). On n’a pas pour autant arrêté notre consommation de viande mais on l’a fortement réduite et surtout, on en consomme moins mais mieux : la viande de notre boucher exclusivement ou presque. Je ne vous cache pas que j’achète encore des lardons mais c’est quasi la seule « viande » sous vide que j’achète encore en supermarché. Sinon, on privilégie de la viande de terroir, la plus locale possible. Le label rouge est souvent une bonne référence. On a également diminué notre consommation de poisson et privilégié le bon poissonnier du coin, ils sont de moins en moins nombreux je trouve mais ils valent le coup.  Et comme pour la viande, on vise local, on a de quoi faire avec nos côtes françaises.

PS : chez le fromager, le boucher ou le poissonnier, on peut emmener nos propres contenants et boites en plastique pour limiter les déchets, j’avoue ne pas y penser souvent mais c’est dans mes objectifs 2020. Au même titre que je ramène mes boites à oeufs vides le vendredi soir pour les re remplir.

La consommation d’eau en bouteille

Chaque année, 9,3 milliards de litres d’eau en bouteille sont consommés en France. Avec cette quantité d’eau, on pourrait remplir l’équivalent de 14 fois le stade de France. Notre pays fait partie des cinq pays au monde qui consomment le plus de bouteilles en plastique, derrière le Mexique, la Thaïlande (qui n’ont pas accès à l’eau potable) l’Italie et l’Allemagne. Dans le cas de la France, il s’agit bien d’eau minérale, l’eau pétillante ne représentant que 18 % de notre consommation.

Je vous avoue que j’ai été choquée par ces chiffres quand je les ai lu tant je n’ai jamais acheté d’eau en bouteille. Depuis toute petite, à la maison, c’est eau du robinet exclusivement, on a eu une carafe Brita quelques années mais depuis que je vis seule, je bois l’eau comme ça. Je sais que pour beaucoup, elle a du goût ou est trop calcaire ou autre. Il existe donc des charbons à mettre dedans pour filtrer l’eau de façon naturelle. Et pour l’eau pétillante, on a une Sodastream depuis un an et demi qui fait très bien le job, j’en consomme plus depuis que je suis enceinte pour avoir quelque chose de plus fun à l’apéro.

Les marques ont convaincu les Français que l’eau en bouteille était meilleure que l’eau du robinet. Certaines études récentes tendent pourtant à montrer que ce n’est pas le cas. Le plastique des bouteilles d’eau est fabriqué à partir de composés chimiques qui peuvent avoir des conséquences néfastes sur notre santé. En France, 25 millions de bouteilles en plastique sont jetées chaque jour, seulement 49% d’entre elles sont recyclées. Si les choses ne changent pas, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050. Bref, pour moi, arrêter la consommation d’eau en bouteille est une priorité.

Bilan achats et comparatif des prix

Voilà aujourd’hui la liste de produits que l’on achète aujourd’hui en grande partie en vrac, en magasin bio ou au marché / vente direct des producteurs : pâtes, riz, lentilles, semoule, amandes, graine de tournesol, graine de courge, flocon d’avoine, différentes noix, fruits et légumes, farines, sucres, noix de coco râpée, beurre, chocolat, viande, poisson, oeufs, charcuterie, fromage, huiles, sirop d’agave. Il ne reste donc pas tant de choses à trouver en supermarché mais on y va encore.

Vous m’avez demandé si cela nous coûtait plus cher, je vous avoue ne pas avoir vraiment comparé sur l’année car on fait plus souvent de petites courses alors qu’avant on allait faire un gros plein. Et j’ai donc l’impression qu’on gaspille moins. Cela revient donc peut-être un peu plus cher à l’achat sur certains produits mais on gâche moins, c’est meilleur et c’est plus sain car qui dit magasin bio dit aussi consommation bio et comme avant, on n’achetait pas tout bio (les pâtes par exemple), la hausse de prix est logique (le bio coûte en moyenne 65% plus cher).

Pour pouvoir vous répondre à la partie prix, j’ai relevé les prix de 9 de mes derniers achats à Tout part en vrac, le magasin où je fait mes courses en vrac en ce moment situé à Saint-Genis-Laval. Les prix varient d’un magasin à l’autre, il faudrait dans l’idéal les comparer avec les concurrents.

Je vais les comparer à un tarif des mêmes aliments chez Carrefour chez qui nous faisions principalement nos courses avant. Pour les coquillettes par exemple, j’ai relevé le prix des Barilla Bio, des Carrefour Bio, de Tout part en Vrac et de Barilla.

Notre facture n’a donc pas forcément augmenté car comme je l’ai dit plus haut, on gaspille moins et en plus on mange plus sainement et plus bio. Je ne creuse pas le sujet fruits et légumes, je sais que c’est beaucoup moins cher en direct chez mon producteur, si ça vous intéresse, je relèverai les prix une prochaine fois.On constate donc une belle augmentation des prix sur les produits en vrac, mise à part sur les noisettes décortiquées, le prix en vrac est toujours plus cher que la marque de distributeur, mais pas toujours plus cher que la marque tout court. Ceci est du aux économies d’échelle que ne fait pas le petit magasin bio de quartier et à la provenance à 80% origine France. On en déduit donc que dans l’ensemble, il vaut mieux acheter du vrac que du bio de marque côté prix.

Et côté temps passé, ça prend plus de temps mais je trouve ça tellement plus agréable car les magasins sont plus petits, on redécouvre des produits et on fait encore plus attention à ce que l’on achète. On y va plus souvent moins longtemps donc ça passe mieux et sur le plan social, c’est tellement plus agréable d’échanger avec un petit producteur local que l’on connaît au fil du temps, j’attend avec impatience chaque vendredi soir, comme jamais je n’aurais attendu un samedi chez Carrefour.

Le réfrigérateur

Le réfrigérateur et le congélateur fonctionnent continuellement et sont particulièrement énergivores, prendre conscience du service rendu par ces derniers permet de les rendre plus performants.

Dans un premier temps, on choisi si possible un frigo qui consomme moins que les autres et un frigo récent (un nouveau réfrigérateur-congélateur consomme en moyenne 60 % de moins d’énergie que les modèles fabriqués en 1984, et 50% pour les lave-vaisselles). On fait aussi attention à la température : températures moyennes conseillées : réfrigérateur = +5°C / congélateur = -18°C. Chaque degré en moins sur les températures conseillées consomme 5% d’énergie en plus.

Dans un second temps, en 2019, j’ai réellement appris que le froid n’était pas l’ami de tous. J’ai arrêté de mettre plein d’aliments au frigo et depuis, notre frigo ne nous est plus apparu comme trop petit. Je ne mets plus les oeufs au frais et très peu de fruits et légumes (mon garde manger à côté est parfait).

Autres tips :

  • ne jamais placer au frigo des plats encore chaud, on attend qu’ils refroidissent
  • chaque produit à son étage : selon les frigo, se renseigner mais certains aliments n’ont pas besoin du même frais que les autres
  • on pense à le dégivrer deux à trois fois par an, une couche de givre de 3 mm augmente de 30 % la consommation d’énergie et on l’éloigne des sources de chaleur (radiateur)
  • on évite aussi de l’encastrer car cela entrave la circulation de l’air et limite alors l’échange thermique

Dire adieu au papier aluminium et au papier sulfurisé

Toujours dans la cuisine, on cherche à limiter les déchets et le papier alu, sopalin et papier sulfurisé en sont de beaux… Pour les remplacer, il existe aujourd’hui de nombreuses choses, les emballages à la cire d’abeille (simples à faire soi-même) ou les couvre-plats réutilisables avec élastiques. On élimine comme ça le papier d’alu. Pour le papier sulfurisé, j’ai trouvé des plaques en silicone, elles aussi décriées donc pas parfaites mais j’ai quand même économisé de nombreux rouleaux. On remplace aussi le sopalin par des tissus lavables.

Liste de courses pour la cuisine :

Côté budget, si vous n’avez aucun de ces produits et que vous voulez commencer du vrac, je dirais qu’il faut environ investir entre 100 et 150€ si vous voulez tout avoir pour commencer. Pour 100€, vous aurez vos sachets (j’en ai une quinzaine de toute taille), vos bocaux (j’en ai une vingtaine de toute taille), un sac à baguette, un grand tote bag solide (celui de Kufu est top), des couvre-plats lavables, deux tapis de cuisson. Pour 150 euros vous rajoutez le reste moins utile pour commencer comme le sac à compartiments pour les bocaux, le charbon pour filtrer l’eau, l’éponge lavable..


2 – Dans ma maison d’ordre général

Notre maison est le lieu où nous sommes le plus exposés aux polluants tels que les COV (composés d’organique volatiles) qui peuvent provoquer des allergies, des problèmes respiratoires, des nausées, de maux de tête… A cause de quoi ? De nos produits ménagers bien trop chimiques, de la peinture sur nos murs, de nos meubles,  notre canapé, nos rideaux, nos objets… C’est vraiment quelque chose dont j’ai pris conscience normalement et avec l’arrivée du bébé, j’ai eu envie de faire un grand ménage dans notre maison !

Les produits ménagers

Combien de produits ménagers avez-vous chez vous ? Personnellement, j’en ai encore tellement… J’ai beau avoir arrêté d’en acheter il y a un an, je termine tout ce que j’avais et plus on a d’étages, de salles de bain, de pièces où les ranger, plus on accumule.

Alors qu’il nous suffit de si peu de choses pour nettoyer notre maison :

  • Bicarbonate de soude
  • Savon de Marseille
  • Vinaigre blanc
  • Savon noir
  • Cristaux de soude

Avec ça, on peut faire ses produits ménagers soi-même et on trouve de plus en plus de recettes en ligne. Depuis un an, j’ai fini mes anciens produits, acheter des produits dit plus écolos mais je n’ai pas encore eu le courage de les faire moi-même, mais cette année, je m’y mets vraiment : quelques recettes ici. Et si vous n’êtes pas prêts à vous lancer, acheter vos produits en vrac ou des produits aux meilleures composition. J’utilise la lessive L’Alchimiste depuis un an et j’en suis vraiment ravie. Pour remplacer l’adoucissant, un peu de vinaigre blanc et d’huile essentielle si la bonne odeur vous manque.

Et attention, notre odorat nous trompe. Nous avons avec le temps habitué notre corps à avoir des réflexes : l’odeur de l’eau de javel nous persuade que notre maison est propre, pourtant c est le pire nettoyant possible, l’eau de javel désinfecte et blanchit voici sa mission.

Le nettoyage à la vapeur

Découvert tout récemment pour moi grâce à un partenariat avec Black & Decker, je ne jure que par ça pour une bonne partie de mon ménage ! Adieu la serpillère pleine de microbes et ses produits superflus, je nettoie le sol ainsi que les placards, le plan de travail, l’évier, les interrupteurs, les vitres, la salle de bain et même les tapis et canapés à la vapeur (bon, ça j’ai toujours pas essayé mais j’ai lu que c’était possible). J’utilise le nettoyage à la vapeur même sur mon parquet, au niveau le plus faible (pour aller plus loin sur comment nettoyer chaque sol, j’ai trouvé cet article intéressant).

Et voici le lien de mon balai vapeur qui me va parfaitement pour le moment.

Le choix des peintures / papier peint / sol

Je vous en ai parlé dans un article début janvier (quelques conseils de l’ADEME pour préparer l’arrivée d’un bébé) mais cela est valable évidemment sans bébé. On n’y pense pas toujours mais la peinture diffuse lentement ses COV et autres gaz nocifs. Essayez donc de privilégier des peintures végétales (on a choisi Pure and Paint et on en est très contents) au moins dans la chambre des bébés/enfants. Il en est de même pour les parquets, les colles de papier peint (sans solvant si possible)… je ne suis pas calée sur tous les sujets mais il paraît que le parquet vernis est le moins polluant, le lino pollue très peu aussi (j’ai été surprise de l’apprendre). Renseignez-vous 😉

Le choix des meubles

Idem pour les émissions de COV qui se cachent dans les panneaux de particules et dans les colles. Lisez bien les étiquettes : colle à l’eau, vernis naturel, norme NF Environnement/ameublement. Ou mieux encore : privilégiez la seconde main, l’achat en brocantes, sur le bon coin, aux Puces. Les COV ont eu le temps de s’envoler ! Mais quand vous achetez un meuble de seconde main, pensez à parfaitement le nettoyer car il peut être habiter par des puces de parquet, autre fléau.

Le choix de la literie / matelas / des draps

On passe tellement de temps dans notre lit, c’est un point à ne pas négliger car les émissions de COV y sont aussi très nombreuses. J’ai changé mon matelas par un matelas et des coussins 100% naturels Kipli et pour les draps (bébé aussi a son matelas Kipli le chanceux), on a choisi du lin lavé naturel français La Chambre Paris : on est vraiment ravis de notre nouveau lit !

Et petit tips que j’ai appris en rédigeant cet article, il est très bon d’aérer son lit 15mn par jour oui, de changer ses draps tous les week-ends, mais surtout d’aspirer son matelas 2 à 3 fois par an pour se débarrasser des acariens, une fois par mois si vous en avez le courage.

Zoom sur l’achat de vêtements, le made in France, les petits créateurs, le seconde main

Côté vêtements, il y a évidemment énormément à dire et on est en général bien au courant du sujet. On sait qu’il est mieux de privilégier les petites marques aux grandes enseignes, des créations en France ou en Europe et même le seconde main (Vinted, Il était plusieurs fois, c’est la vie). Mais contrairement à l’alimentation ou aux produits ménagers, il est très compliqué de se vêtir 100% naturel, alors on se contente de limiter les risques côté cochonneries dans nos vêtements également en lavant TOUT avant de l’avoir porté, on privilégie le coton bio (surtout femmes enceintes et bébés), et on regarde un peu les labels qui rassurent (l’écolabel européen assure un usage limité de substances dangereuses pour l’environnement).

D’autres tips

  • Aérer sa maison 10mn matin et soir est très bénéfique
  • Baisser le chauffage dans sa maison à 19 degrés au lieu de 20 permet d’économiser 7 % d’énergie et vous ne verrez pas la différence
  • Je choisis une machine à laver peu gourmande en énergie et je ne lave pas plus chaud qu’il est nécessaire (80% de l’électricité consommée par la machine à laver sert à chauffer l’eau). On lave à 30 degrés dans 80% des cas et on diminue aussi les tours d’essorage
  • On bannit le sèche-linge même si on en a marre d’étendre son linge et que ce n’est pas joli au milieu du salon : le sèche-linge représenterait 15% de la consommation électrique annuelle des ménages
  • On privilégie le vélo, la marche ou la moto pour les petites distances
  • On arrête les bougies qui polluent et on privilégie les cires végétales et les bougies et désodorisants 100% naturels


3 – Dans ma salle de bain

C’est finalement dans ma salle de bain que j’ai le plus de mal à réellement changer mes habitudes. J’ai modifié certains trucs mais côté déchets, je n’ai pas réellement réussi à les diminuer…

Les cotons lavables

Le seul point sur lequel j’ai réellement réduit mon nombre de déchets : les cotons lavables. Un an et demi que je n’ai pas acheté de cotons classiques et ça ne me manque pas du tout. Mes préférés sont ceux de Les tendances d’Emma. J’en ai environ une vingtaine et je les change/lave une à deux fois par semaine. Je ne me maquille pas énormément donc je peux sans problème les utiliser plusieurs jours. En parlant de maquillage, j’ai arrêté le vernis depuis que je suis enceinte mais vous pouvez aussi dédier un coton pour enlever le vernis, ça se fait sans problème (sinon Les Tendances d’Emma propose aussi un kit exprès) et voici toute la gamme de produits côté beauté qu’ils proposent.

Changer peu à peu mes produits de beauté

Pour ce qui est des produits que j’utilise, je ne suis pas passée à du 100% naturel mais je fais d’avantage attention à ce que j’applique sur ma peau et sur mes cheveux. Sur mon visage, je n’utilise quasiment plus que des produits Caudalie et dans ma douche, Love Beauty and Planet. J’admire ceux qui font leurs produits eux-mêmes ou qui sont passés à du 100% solides (je vous conseille tout de même ceux du Petit Monde du Zéro Déchet) mais je n’ai pas encore trouvé les produits qui me convenaient à ce sujet. Affaire à suivre !

Autre tips

  • J’ai par contre troqué ma brosse à dent en plastique par une brosse à dents en bambou ou à tête interchangeable
  • J’ai abandonné les tampons et serviettes hygiéniques que j’ai remplacé par des serviettes lavables des cups et je vais tester les culottes de règles So Cup après mon accouchement
  • Je ne m’arrête pas à Yuka ou à Inici Beauty pour analyser la compo des produits, je creuse sur La Vérité sur les Cosmétiques où j’ai appris à reconnaître petit à petit les composants les plus nocifs
  • Je change aussi peu à peu mon make-up, le Corner Green de chez Birchbox m’aide à découvrir de nombreuses marques très chouettes
  • J’ai privilégié des couches éco responsables pour mon futur bébé, je n’ai pas le courage de me lancer dans les couches lavables mais celles de Tiniloo m’ont parues tops, fabriquées en France et rien de nocif
  • Toujours pour bébé, les lingettes lavables, hâte de voir ce que ça donne en action !

4 – Bilan un an après : ce que je n’ai pas réussi à tenir

Je vous ai listé tout un tas de gestes éco-responsables que j’essaie dans la mesure du possible de respecter au quotidien mais il y en a aussi un tas que nous n’arrivons pas à tenir. J’ai pensé qu’il était bon de les noter par ici, pour éviter de vous culpabiliser si vous ne faites pas tout et pour voir une éventuelle évolution si je reviens lire cet article dans un an.

  • Les éponges lavables : j’en ai essayé un tas… et c’était top dans les premiers jours mais au fur et à mesure des lavages, je trouvais que cela n’était pas propre… Il y a tellement de microbes dans une éponge, j’ai besoin de cette sensation de propre et j’ai beau avoir des brosses en plus près de mon évier, je trouve que ça ne suffit pas pour bien laver.
  • L’arrêt du sopalin : comme les éponges, on s’en sert bien trop souvent et j’ai arrêté quelques mois d’en acheter mais ça nous a trop manqué :/
  • Le shampoing/gel douche/dentifrice solide : déjà abordé plus haut
  • L’arrêt total d’achats en fast fashion : surtout enceinte, je trouve que c’est encore plus difficile tant le choix est limité
  • L’arrêt total de fast food : et oui, un Mc Do sur la route ou un dimanche soir, on craque encore, idem pour la livraison de sushis pas du tout zéro déchets
  • L’arrêt de la consommation des produits qui ne sont pas de saison : j’ai grandement diminué mais j’ai du mal à dire non aux avocats toute l’année, j’ai réduit ma consommation par contre et pensons aussi aux fleurs de saison, là aussi, j’ai fait de nombreux écarts cette année
  • La diminution des trajets en avion : 2019 a été une année riche en voyage pour nous et riche en voyages en avion
  • L’arrêt d’Amazon : je suis tout à fait consciente de tout le mal d’Amazon mais je n’ai malheureusement pas trouvé d’alternative plus pratique au quotidien, je plaide coupable
  • La diminution de déchets liées à ce que je reçois dans le cadre de mon boulot, ça a grandement diminué cette année car j’ai refusé les colis surprises mais j’en reçois encore énormément et j’ai du mal à trouver une solution pour pallier à ça. Obligatoire ? La déchèterie une fois par mois et le tri de tous les emballages.

5 – Comment motiver nos proches / notre amoureux ?

Je finirai sur cette question qui m’a de nombreuses fois été posée, comment motiver son chéri réticent au sujet du vrac notamment ? Il est vrai que sur le papier, ça ne les fait pas toujours rêvé mais il y a des couples où les hommes sont à l’initiative de ce changement alors, comment motiver ses proches tout court pour ne pas faire de sexisme inutile. Dans mon cas, je parlerai de Mathieu. La première fois, il m’a accompagnée par pure curiosité, je l’avais déjà habitué à l’achat en direct aux producteurs locaux du vendredi soir, je lui avais dit que je voulais aller plus loin et j’ai la chance qu’il fasse tout le temps les courses avec moi, c’était donc simplement un changement de magasin. Et bien qu’un peu paumé au début, il a réussi à retrouver ses produits produits préférés et même des produits qu’il ne trouvait pas d’habitude comme une machine pour moudre le café de son choix pour la cafetière à piston. Il était il y a un an dans une phase de reprise de sport et de rééquilibrage alimentaire, trouver des encas plus sain l’a donc de suite motivé aussi et depuis un an, il ne jure que sur les noisettes ou les amandes à la place des gâteaux. Très vite, j’ai pris l’habitude de cuisiner d’avantage et je pense que ça l’a aussi motivé, il adore avoir son granola maison le matin et sans le vrac, je ne le faisais pas. Depuis, c’est vraiment devenu une habitude, on a cette chance de pouvoir s’en occuper en semaine mais c’est un rythme à prendre et on y va souvent pour 5/6 trucs qu’il nous manque donc c’est rapide et ça ne l’ennuie pas. Il trouve à chaque fois un nouveau produit à tester comme récemment des bières locales qu’il a adoré et aujourd’hui, aucun de nous deux ne se force, faire nos courses est devenu un plaisir.

Pour le reste et pour les gestes à la maison, c’est parfois un peu plus compliqué, c’est lui qui a abandonné les éponges lavables en premier et qui a racheté de l’essuie-tout jetable dans mon dos (improbable). Mais voilà, je me dis que je lui en ai demandé quand même énormément en un an donc je ne veux pas tout imposer maintenant, par peur de le dégoûter et de faire machine arrière. A la maison, ça se passe donc petit à petit et il y a quelques semaines, j’ai réussi à lui faire changer de gel douche. Un petit pas pour la planète mais un grand pas pour notre maison. Alors, si je pouvais vous donner un conseil, ne forcez pas la main à vos proches, rendez la chose un peu ludique au début et prouvez-leur tous les avantages petit à petit. Ne bousculez pas tout leur quotidien d’un coup non plus, l’idée, c’est d’avancer ensemble, et si le rythme est moins rapide, tant pis. L’idée est de tenir sur la longueur !


6 – Nos axes d’amélioration

  • Mettre en place un compost : on l’avait fait mais on ne s’y est pas tenu, je veux absolument mettre ça en place cette année, c’est juste fou le noooombre de déchets qu’on peut y mettre, mais on attend d’être propriétaires pour installer un gros bac à compost au fond du jardin et faire ça bien pour s’y tenir
  • Diminuer le nombre de bains : j’en prend actuellement un par semaine, j’aimerai en prendre un toutes les deux semaines
  • Cuisiner d’avantage : je cuisine déjà beaucoup plus qu’avant mais pas encore assez à mon goût, plus local, plus de saison
  • La litière des animaux et leurs croquettes : il faut que je creuse le sujet du vrac sur ce sujet, je suis sure qu’il se fait plein de bonnes choses
  • L’achat de produits emballés : on en achète beaucoup moins mais toujours trop pour moi…
  • Les emballages également chez le boucher / fromager : déjà abordé plus haut, c’est l’un de mes objectifs de cette année !

7 – Quelques lectures pour aller plus loin

Vous aimerez peut-être

35 Comments

  • Reply Audrey 27 février 2020 at 17 05 34 02342

    Yes bon début courage pour la suite et motivons nous les uns les autres 😉 ce qui me paraîtra tjrs le plus absurde c’est les bouteilles d’eau et les familles qui en achètent tellement qu’ils se pointent en caisse avec le cadis rempli de ces plastiques uniquement….

  • Reply Solene Boussemart 27 février 2020 at 17 05 45 02452

    Hello
    Tu dis que pour la salle de bain tu n’as pas réussi à te mettre au solide.
    Persl j’achète le gel douche et shampoing en vrac (Léa Nature le propose dans sa boutisue d’usine… il doit surement y en avoir d’autres ailleurs) et pour le dentifrice pour l’instant j’achète en tube mais la marque signals a la coco et au charbon. Ca m’habitue à un dentifrice moins mentholé et moins mousseux pour passer ensuite au solide. Quant au deo j’ai vu quil existait des deos rechargeable.

  • Reply Auriane 27 février 2020 at 20 08 39 02392

    Merci pour cet article bien complet !
    Tu parlais de ta difficulté à arrêter le sopalin. J’ai vu qu’il existait du sopalin lavable, je trouve l’idée géniale ! Il faut aussi que je fasse beaucoup de progrès de ce côté. Je vis actuellement au Brésil et c’est vraiment difficile pour le moment (les sacs plastiques sont toujours autorisés à la caisse des supermarchés par exemple), les gens ne s’intéressent pas encore à cette question ici. À moi de m’améliorer aussi !

  • Reply Vic 27 février 2020 at 20 08 41 02412

    Merci pour l article, et pour les inspirations : je vais essayer de prendre en vrac ce que je peux.

    Pour ma part ménage 100%naturel hormis la lessive depuis au moins 4 ans. Quand je passe au rayon produits d entretien j ai (vraiment) la tête qui tourne.

    Pour les sushis j ai complètement arrêté… Car je les fais maison. Recette ultra simple, à partir du moment où tu as le bon riz, et du vinaigre de riz blanc et un cuit vapeur : limitation des emballages, choix du poisson, seul hic l avocat qui n est pas du tout un produit responsable. Et de sacrées économies, vu le tarif auquel c est vendu. On en prépare très souvent pour des amis, c est super convivial ! On fait aussi des chirachi avec du saumon mariné un délice

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 39 02392

      Oh chapeau pour les sushis ! J’en faisais quand j’étais jeune (il y a même une recette sur le blog qui date de 2015 de sushis et une autre de chirashi mais j’en ai pas refait depuis) en plus mais aujourd’hui, je n’ai plus la foi et surtout, j’associe sushis à soirée où je n’ai pas envie de faire à manger ^^ Après pour les sushis, j’avais remarqué à l’époque que je n’économisais pas tant que ça justement, le saumon coûte cher quand même, après j’étais étudiante donc plus à compter mes sous. A retenter 🙂

  • Reply Jen.lifestyle 27 février 2020 at 20 08 48 02482

    J’adore ce genre d’article !
    Pour troquer le sopalin ici j’ai recyclé des vieux tee shirt qui nous servent si on renverse quelque chose ou quoi, et sinon sopalin lavable, comme les lingettes mais en plus grand. Et pour bébé vous allez utiliser l’eau du robinet ?
    J’avoue avoir craqué au début et Achille buvait grâce à des bouteilles.. mais ça n’a pas duré je ne supportais pas..

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 37 02372

      Je t’avoue que comptant allaiter, je me suis dit que je me poserai cette question plus tard ^^ Je vais creuser le sujet 🙂

  • Reply Amélie 27 février 2020 at 21 09 08 02082

    Bonjour, article très complet, bravo. Juste une précision sur un sujet que je connais bien. C’est le parquet en bois massif (et non flottant ou autre bourré de colle, il y a une grande différence) qui est le plus sain. Et pour le lino, c’est le linoléum en liège (celui d’origine avant que l’industrie en fabrique à partir de pétrole, ceux qu’on trouve malheureusement partout en magasin de bricolage). Pour trouver ce linoléum sain, il faut se tourner vers des enseignes de vente de matériaux écologiques. Voilà les petits détails pour que la bonne info circule. Bonne soirée.

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 36 02362

      Ah top merci pour les précisions !

  • Reply Léa 27 février 2020 at 21 09 23 02232

    Coucou Coralie!
    Merci pour cette article, ça donne envie de continuer dans les petits gestes du quotidien!
    Pour le shampooing solide je te conseille UMAÏ, il est juste parfait, il est clean, il sent divinement bon, et il mousse!!! Tu peux aller jeter un œil sur leur compte instagram pour te faire une idée.
    Bonne soirée!

  • Reply cycy 27 février 2020 at 22 10 22 02222

    super article merci , je l’ai lu avec attention, nous aussi on a fait pas mal d’effort cette année, en particulier acheté 80% en seconde main pour baby girl d’avril
    même objectif en 2020 : un compost
    et acheter moins surtout 🙂
    +++

  • Reply Flo 27 février 2020 at 22 10 29 02292

    Super cet article, très détaillé ! Il y a tellement de choses que j’ai envie de mettre en place mais étudiante m’expatriant ou déménageant tous les 6 mois c’est compliqué de transporter bocaux etc…
    Ici c’est mon copain qui sera difficile à motiver car en raison d’un travail à forte amplitude horaire il ne veut pas se compliquer la vie à aller faire des courses dans différents magasins (et devoir y aller plusieurs fois dans la semaine impossible car il (puis nous) finit trop tard… ça demande de l’anticipation et il déteste ça! Je ne baisse pas les bras, j’espère qu’il finira par comprendre que c’est aux personnes qui ont la chance de pouvoir se poser la question d’agir

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 22 02222

      Ah oui ça demande plus d’orga et plus de temps ça c’est certain :/ Après à voir entre midi et deux si tu as un magasin près de ton boulot ? Ca peut simplifier les choses. Petit à petit t’en fais pas !

  • Reply Jeanne Biesse 28 février 2020 at 0 12 02 02022

    Très bon article, c’est très encourageant de voir la progression de cette prise de conscience chez les gens. Chacun avance à son rythme mais le principal c’est d’avancer. Petit à petit on prend vraiment gout à avoir moins et faire attention à ce que l’on achète.

  • Reply Parfum_debonheur 28 février 2020 at 8 08 23 02232

    Merci beaucoup pour tous les bons conseils ! C est vraiment top ce que tu fais et grâce a toi je commence petit a petit à m y mettre même si j’ ai encore beaucoup de travail c est chouette

  • Reply Aure 28 février 2020 at 8 08 44 02442

    Salut Coralie,

    Pour tes chiens tu peux penser au BARF.
    Je ne le fais pas tous les jours de la semaine pour le mien mais au moins une fois par semaine après n’ayant pas de chat je n’ai pas d’idee pour le calquer en chat mais probablement.

    Jolie initiative.

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 21 02212

      Ah oui c’est vrai on m’en a déjà parlé, je vais creuser ça 🙂

      Merci à toi,

  • Reply Adeline 28 février 2020 at 9 09 27 02272

    Superbe article très intéressant, j’ai commencé comme toi et tu me pousse à continuer !! J’ai une astuce pour les éponges lavables, les faire bouillir plutôt que les passer en machine ça enleve les odeurs et les microbes

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 19 02192

      Ah je testerai j’ai encore des éponges que je n’arrive pas à jeter 🙂

  • Reply Aliénor 28 février 2020 at 9 09 29 02292

    Merci Coralie pour cet article très complet, et aussi pour ta transparence ! Il y en a trop qui découragent les gens de faire quoi que ce soit d’utile en pointant sans cesse toutes leurs imperfections, alors qu’évidemment qu’on ne peut jamais être 100% écolo. Comme tu l’as dit le plus important c’est de faire quelque chose tout court, tout en gardant en tête ce qu’on pourrait encore améliorer. Lecture très intéressante !

  • Reply chloé 28 février 2020 at 10 10 03 02032

    merci pour cet article instructif Coralie ! De mon côté, j’ai acheté des bee wraps, cotons lavables et charlottes alimentaires sur Vinted qui regorge de produits neufs faits à la main à des prix défiants toute concurrence pour un passage vers le zéro déchet à prix réduit !

    • Reply Coralie L. 28 février 2020 at 11 11 18 02182

      Ah oui j’y avais même pas pensé 🙂

  • Reply Audrey 28 février 2020 at 17 05 00 02002

    Merci Coralie pour tous ces conseils ! Je ne suis pas très assidue à tout ça, mais je suis fière de n’avoir jamais commandé sur AMAZON de ma vie.
    Il y a toujours des alternatives et je le vis très bien 🙂

  • Reply cecilia_cherieblossom 29 février 2020 at 9 09 35 02352

    Bravo pour tout ça vraiment ! Chez moi pas d’achats sur Internet, un job pas loin de la maison pour limiter les déplacements en voiture et plein d’autres petites choses au quotidien qui seraient trop longues à lister par ici :p Sinon je fais aussi la guerre à l’huile de palme dans l’alimentaire qui est elle aussi un véritable fléau pour la planète …

  • Reply Ugo 2 mars 2020 at 7 07 51 03513

    Bonjour Coralie, Article très intéressant et pratique ! Bravo

  • Reply Morgan Caradec 4 mars 2020 at 12 12 26 03263

    Wow, merci beaucoup Coralie pour cet article très complet, je suis contente de voir qu’on fait tous des efforts, et que si les blogueuses comme toi partagent ce message, on pourra avoir un réel impact ! Les photos sont toujours magnifiques, c’est un plaisir de te lire 🙂

  • Reply Anne-Lise 6 mars 2020 at 10 10 33 03333

    Merci beaucoup pour cet article ! Chaque geste compte ! Bisous

  • Reply Pauline 9 mars 2020 at 15 03 08 03083

    Thanks pour cet article déculpabilisant et pleins de bons conseils !
    J’adore

  • Reply Alain 10 mars 2020 at 7 07 21 03213

    Un article complet et qui inspire ! Perso c’est sur les consommables que j’ai des efforts.
    Par exemple je prends mes céréales directement au distributeur, pareil pour les pâtes.

  • Reply Cécilia 10 mars 2020 at 12 12 11 03113

    Hello Coralie,
    Merci pour cet article complet sur vos habitudes, il me donne des tonnes d’idées pour essayer à mon tour de moins consommer et d’une meilleure façon. J’ai réussi petit à petit à diminuer mes achats vestimentaires ce qui pour une accro comme moi est déjà un miracle haha !
    Un petit geste de chacun c’est déjà un bon début.

    Des bisous 🙂

  • Reply cousu dodu 11 mars 2020 at 21 09 43 03433

    Le filtre Berkey est un investissement mais permet d’avoir une eau parfaitement clean pour bébé ! On y vient vite à la diversification 😉
    Et sinon, pour les éponges lavables j’utilise celles de Tupperware qui sont roses, à mi chemin entre éponges et lavettes. Je les lave une fois par semaine, j’en ai deux, même mon mec est convaincu et c’était pas gagné !

  • Reply Sophie - Les idées SoAddict 14 mars 2020 at 17 05 29 03293

    Coucou ma Coralie,
    Merci pour cet article très très complet sur cette découverte.
    J’essaie aussi de me soucier de la planète petit à petit à commencer par boire l’eau du robinet au lieu d’acheter de l’eau en bouteille. Aussi pour consommer du bio, j’aimerai me créer un petit potager.
    Du coup j’ai découvert cet ebook qui est super et qui plait bien chez un bon nombre de personnes : http://bit.ly/commentjardinerbio
    Je me permets de le poster ici car il est vraiment génial.
    J’espère que tu m’en dira des nouvelles.
    Je vais continuer pour ma part à étudier le bio et le clean.
    Gros bisous et à bientôt.
    Sophie

  • Reply Fabien Lavoie 15 mars 2020 at 15 03 48 03483

    Merci beaucoup pour ces infos. Ce sont des petits gestes à faire au quotidien pour le bien de tous 😉

  • Reply marinaclaire 19 mars 2020 at 6 06 34 03343

    Des conseils très utiles en cette période, en tout cas merci de les avoir partagé !

  • Reply Lilyandko 21 mars 2020 at 10 10 52 03523

    Je ne m’étais pas encore lancé dans la lecture de cet article mais il est vraiment très complet. De supers conseils qui donnent à réfléchir. Comme tu le dis, nous ne pouvons pas être parfaits, 100% écolos mais j’essaie de me concentrer sur ces petits pas qui à force auront leurs importances..!

    Merci pour cet article

  • Leave a Reply