Afrique

Une semaine de circuit au Sénégal

19 mai 2017

Oh, mon cher Sénégal, tu as été l’un des voyages les plus riches que j’ai été amenée à faire !

Après un article un peu plus personnel concernant ce voyage au sein duquel je partageais avec vous mon ressenti, mes humeurs et la leçon de vie qu’a été ce voyage (à lire ou relire ici), il était tout de même temps d’aller plus loin. Dans cet article plus dédié au contenu du voyage en lui-même, je vais vous expliquer tout ce que l’on a fait, quel était notre programme, notre organisation et tous les souvenirs laissées par ce voyage. Du lac rose à l’île de Gorée en passant par Saint-Louis ou le désert de Lampoul, le moins que l’on puisse dire c’est que le programme était bien chargé et que l’on a vraiment pris plein les yeux. Pour vous situer rapidement, c’était un voyage totalement personnel (en dehors du blog), et je suis partie en compagnie de ma famille, papa, belle-maman (famille recomposée), les frérots et l’amoureux. Toute cette belle famille vivant à Lyon, je n’ai pas l’occasion de les voir très souvent donc c’était vraiment top de partager cette semaine avec eux.

Sur le plan organisationnel

C’est donc ma chère belle-mère Lydie qui a tout organisé. Amoureuse de l’Afrique depuis logntemps, elle et mon père sont déjà partis au Mali et en Mauritanie avec notamment des voyages en mode une semaine dans le désert. Ils voulaient nous faire découvrir l’Afrique à nous aussi mais avec un peu plus de confort. Elle est donc passée par une compagnie nommée Evaneos qui organise des voyages sur-mesure avec une agence locale et des guides locaux. Je ne connaissais pas du tout le concept mais j’ai vraiment trouvé ça génial ! Ce côté local, ça n’a pas de prix. Dés le début, Lydie a été mise en contact avec un guide local du Sénégal nommé Abou (un petit coucou et un grand merci si tu passes par là) et c’est lui qui nous a créé tout notre programme. On pouvait aussi choisir des programmes déjà prêts mais on a préféré créé le notre sur-mesure. Il a d’abord posé quelques questions pour savoir quel type de voyage on cherchait et nous a ensuite fait différentes propositions avec des lieux à visiter ou d’autres, avec des temps de pause plus ou moins long… On a vraiment pu tout choisir et on est reparti avec un programme en PDF envoyé quelques semaines avant le départ qui donnait clairement envie de partir…

Notre programme est donc adapté à un voyage en famille et nous avions un chauffeur toujours avec nous qui nous a bien aidé à ne pas trop nous faire avoir côté prix quand on voulait quelque chose ou à ne pas trop nous faire ennuyer par les vendeurs à l’affut des touristes. Il a passé toute la semaine avec nous et a géré pour nous la trouvaille du restaurant, la mise en relation avec les quelques guides locaux, la réservation des navettes, l’horaire auquel partir et même la trouvaille du djembé le moins cher du Sénégal (sans compter la réparation express de mon pantalon décousu). En plus d’être vraiment adorable, il a été de bon conseil et a pu nous renseigner sur un tas de questions que l’on se posait au fur et à mesure du voyage. Cela me donne envie de repartir accompagnée. Je n’avais jamais été habituée à avoir aussi peu de choses à organiser et comme le Sénégal est un pays bien différent du nôtre, c’était particulièrement agréable de se laisser bercer. Le dépaysement était déjà ailleurs, on avait à se prendre la tête sur rien ! Bref, je n’ai pas l’habitude de parler autant organisation mais c’est l’un des points qui m’a marqué sur ce voyage, je trouve qu’Eveaneos se différencie vraiment des autres grâce à ça et je trouvais ça intéressant de vous en parler.

Rentrons dés maintenant plus dans le détail avec cette jolie carte dessinées par Avenue des rêveries pour que vous compreniez mieux notre parcours :

Le programme de notre semaine au Sénégal

Assez parler d’organisation, rentrons dans le vif du sujet et sur le programme de notre voyage. Nous sommes donc partis sur 7 jours et 6 nuits et avons atterris à Dakar tard dans la nuit avant de prendre la direction du lac rose pour une première très courte nuit. Nous sommes restés deux nuits près du lac rose dont la couleur varie selon l’ensoleillement du mauve au rose (je reprendrai chacune des étapes dans la suite de l’article). Nous avons continué sur le désert de Lompoul et ses dunes de plus de 20 mètres de hauteur, puis sur la ville historique de Saint-Louis avec son pont Faidherbe, ses bâtiments et ses ruelles qui vous plongent dans le passé colonial et son port de pêche à l’ambiance typique. Ensuite, notre programme s’est axé plutôt faune que flore avec la visite du parc national de Djoudj avec ses oiseaux de différentes espèces et la réserve de Bandia où nous nous sommes fait des amis girafes et zèbres (entre autres). Un parcours qui nous a offert un défilé de baobabs et de petits villages typiques, tous plus charmants les uns que les autres et une population accueillante et souriante. Nous avons enfin boucler le séjour sur le bord de mer avec un peu de repos et la découvert e l’île de Gorée, riche de son histoire.

Jour 1 : Le lac rose

Première étape de notre voyage : deux jours vu sur le lac rose à l’hôtel Le Palal, à une quarantaine de kilomètres au nord de Dakar. Petit aparté, je tenais tout de même à signaler qu’Abou était quand même fort. Il ne me connaissait pas et il ne connaissait pas mon blog mais il a réussi à nous faire commencer par le lac rose, si ce n’est pas un signe que le voyage allait être exceptionnel ! Bref, on dit lac rose, mais le lac n’est pas parfaitement rose, il tire sur le mauve ou le orange selon l’ensoleillement, selon l’angle de vue et selon le vent mais ce qui fait sa couleur si spéciale est évidemment la concentration en sel.

Nous nous sommes donc baladés autour du lac et avons même fait un petit tour de barque dessus pour voir travailler ses hommes et ses femmes qui ramassent le sel. C’est vraiment impressionnant de voir ses tonnes de sel de l’exploitation artisanale à même le sol ! Nous avons fait un petit tour en 4×4 en partant du lac jusqu’aux dunes et la plage du Paris Dakar et en fin de journée, nous avons visité le village de Niaga, près du lac rose, pour une première immersion totale et vivre l’ambiance d’une fin de journée. Traîner dans l’école, taper le ballon avec des petits, rencontrer les jeunes du village… C’était un moment hors du temps d’une richesse inouïe sur le plan humain.

Jour 2 : Entre désert et baobabs

Après une deuxième nuit au Palal, nous avons pris la route pour Thiès pour une visite du marché local. Cette visite m’a clairement bouleversée… On s’est baladés à pied dans de petites ruelles et c’est vraiment là que j’ai senti la différence de culture. Les odeurs, le bruit, le monde… On était loin du calme du petit village de la veille et j’ai eu un peu de mal à me faire une place. Je n’ai d’ailleurs pris aucune photo. Aucun regret sur cette visite mais je pense que je n’étais pas assez préparée mentalement au choc. Nous avons ensuite pris la route pour le désert de Lompoul en faisant un arrêt dans une forêt de baobabs, l’arbre emblématique du Sénégal. Sur toute la route de Thiès à Lompoul, on n’en voyait de partout ! Ces arbres gigantesques sont encore plus impressionnants en vrai que l’on l’imagine et c’était top de pouvoir tenter d’en escalader un.

Enfin, nous sommes arrivés dans le désert de Lompoul en fin de journée et nous avons pu découvrir un campement franchement luxueux en plein désert ! C’était absolument magique et je vous avoue que j’y serai bien restée plus longtemps… On avait une grande tente avec un grand lit très confortable ainsi qu’une salle de bain personnelle avec sa proche douche et ses propres WC et même l’eau courante. Il manquait plus que le wifi et tout était parfait ! Je rigole, ce n’était pas plus mal de ne pas avoir de réseau pendant une journée. Les dunes en tout cas étaient tout bonnement impressionnantes, et j’en avais rêvé de visiter un désert… Et encore plus de le faire à dos de dromadaire. Tant d’immensité à perte de vue… Voilà un nouveau rêve à rayer de ma liste ! Ou pas, je vous avoue que j’y retournerai bien un jour. Petit coucher de soleil et couscous sous la tente suivi d’un petit concert de djembés autour d’un feu de camp… fin d’une deuxième journée magique en plein désert.

Jour 3 : Saint-Louis

Après une nuit agitée et un peu stressante (ce n’est pas tous les jours que l’on dort dans le désert et que l’on appréhende de croiser un scorpion sur son lit), nous devions déjà quitter Lompoul… J’ai été me faire une petite marche matinale pour en prendre plein les yeux une dernière fois et nous sommes repartis en direction de Saint-Louis. Saint-Louis est une ville portuaire pleine d’histoire, elle fut la première capitale de l’Afrique de l’ouest et une ville fortement coloniale dont les vestiges de la colonisation sont très visibles encore aujourd’hui avec de nombreux bâtiments, ce qui fait de Saint-Louis une ville classée patrimoine mondial par l’UNESCO. Nous avons posé nos affaires à l’Hôtel Diamarek, sur la langue de Barbarie, après avoir longé le port très agité et s’être bien imprégné de l’ambiance de la ville. Nous avons ensuite fait un petit tour en calèche pour visiter Saint-Louis, des ruelles les plus pauvres et agitées aux grandes rues les plus riches et calmes. Cette ville a vraiment un charme fou et j’ai été séduite par le sourire de ses habitants que j’ai adoré photographier. Nous avons ensuite fini la journée à l’hôtel et avons pu assister à l’un des plus beaux couchers de soleil que je n’avais jamais vu, accompagnés d’enfants très intrigués par mon appareil photo avec lesquels on a bien rigolé.

Jour 4 : Parc national de Djoudj

Réveil très matinal à Saint-Louis pour prendre la route direction le parc national de Djoudj. Dès 7h du matin, on en avait déjà plein les yeux. Outre un levé de soleil majestueux, nous avons traversé la langue de Barbarie, et ce port visité la veille en journée se réveillait, et nous le découvrions en pleine activité. 70kms plus loin dont 30 sur piste en pleine savane (plein les yeux mais le plein le dos!), nous arrivions donc dans ce parc classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ou plus de 2 millions d’oiseaux font escales après la traversée du Sahara. Deux heures de balade en barque entre savane et roseaux à admirer les aigles pêcheurs, hérons, oies, plusieurs envolées de Pélicans et autres petites merveilles volantes mais aussi varans, crocodiles, et phacochère (oh mon petit Pumba).

Bref ce dépaysement offre une vraie sensation de liberté et ma passion des oiseaux a presque été assouvie par cette visite ! Un seul regret, il  y a dans ce parc de très beaux flamants roses mais nous devions faire une trentaine de kilomètres de plus en chemin pour aller leur faire un coucou donc nous avons abandonnés. Selon la saison, ils sont visibles depuis la barque donc il ne me reste plus qu’à revenir une autre saison… Nous avons ensuite passé l’après-midi dans l’hôtel, une petite pause bien méritée au bord de l’eau pour finir notre séjour sur la langue de barbarie.

Jour 5 : Savane et safari

Encore un réveil aux aurores direction la Petite Côte… Quand je vous dis que nous avions un sacré programme ! Quelques heures de routes puis après les oiseaux , c’est à la rencontre des grands mammifères d’Afrique (beaucoup ont été réintroduit) que nous sommes allées. Sur la route, nous nous sommes arrêtés dans un tout petit village pour leur donner tout un tas de choses que l’on avait ramené. Cahiers, stylos, vêtements, bonbons, c’était vraiment touchant de voir le visage de cette petite fille s’illuminer à la vue de cette sucette licorne. J’avais pourtant l’impression de leur donner si peu… Si j’ai un jour l’occasion d’y revenir, je penserai surtout à acheter du riz et des matières premières sur la route car ils en manquent dans beaucoup de villages et c’est vraiment un tout petit geste pour nous.

Après ces émotions, nous avons repris la route direction la réserve de Bandia qui est un petit joyau écologique tant sa faune et sa flore sont surprenantes. Arrivés là-bas, nous avons pris un 4×4 pour un safari inoubliable… Entre Baobabs géants, acacias et lianes capricieuses ce sont les girafes, zèbres, autruches, antilopes, hyènes… Tout plein des mythiques animaux d’Afrique qui ont pris parfaitement la pose devant nous. Croiser cette girafe de si près été absolument magique ! Elle avait l’air si cool, j’aurais eu envie de lui faire un câlin. Beaucoup plus cool d’ailleurs xtque les singes qui profitaient de nos airs gaga pour nous chiper nos plats pendant notre pause déjeuner. Après tant d’émotion, nous avons fini notre journée entre plage et piscine dans notre bel hôtel de la Somone, l’Africa Queen, pendant que les garçons jouaient au foot sur la plage avec les jeunes du coin.

Jour 6 : Petite Côte et Ile de Gorée

C’était déjà la dernière journée en terre sénégalaise… Et pour le coup, cela n’a pas été la plus productive. Il faut dire que j’étais un peu malade donc c’était agréable de traîner au bord de la piscine, de siroter un cocktail ou de faire un petit plongeon dans l’Océan Atlantique. Dans l’après-midi, nous avons pris la direction de l’île de Gorée et je crois que c’est l’un de mes plus gros regrets du voyage… Non que je n’ai pas aimé l’île, bien au contraire, je l’ai adorée et trouvée pleine de charme mais nous avons eu bien trop peu de temps pour la visiter. Entre le bateau, l’attente pour le prendre et la route avant, comptez plus une journée pour Gorée qu’une demie-journée. Histoire de ne pas être trop pressé et de prendre le temps de se perdre dans les ruelles fleuries colorées qui valent vraiment le détour. L’île historique de Gorée est aussi réputée pour ces 3 siècles d’esclavage et c’était vraiment spécial et touchant de visiter la maison des esclaves en écoutant toutes les horreurs qu’il avait pu s’y produire… Comment l’être humain a t’il pu faire preuve de tant d’inhumanité… Le mystère reste entier. Après l’émotion, nous sommes rentrés sur Dakar pour une visite nocturne de la ville plutôt rapide mais qui ne m’a pas donné envie d’en voir plus avant de prendre le chemin vers l’aéroport et de s’envoler vers Paris…

Un programme bien riche que j’ai tenu à vous détailler dans les moindres détails car j’ai eu un tas de questions sur mon voyage et je voulais être la plus complète possible. J’espère que cela n’a pas été trop long et que cet article vous a fait voyager en terre africaine. Moi qui ne pensais jamais mettre les pieds un jour au Sénégal, j’ai été complètement séduite et bouleversée humainement parlant par ce type de voyage « hors des sentiers battus » et loin de ma zone de confort. J’espère donc renouveler l’expérience bientôt et vous laisse avec quelques petites anecdotes pour finir en beauté…

Petites anecdotes de voyage…

  • Les photos des habitants : j’ai pris beaucoup de photos des habitants et vous avez été nombreux à me demander si cela ne les gênait pas, alors les premiers jours, je n’osais pas vraiment par peur de les gêner et j’en ai parlé avec mon guide qui m’a conseillé de leur montrer l’appareil avant de prendre une photo. Ce que j’ai fait régulièrement et parfois on me répondait oui avec un grand sourire et parfois non et je ne faisais pas de photos. En général, les enfants adorent et ils adorent encore plus quand on leur montre la photo après. Ca tombe bien, ce sont les enfants que je préfère photographier.

  • L’eau potable : Non, l’eau du robinet n’est pas potable pour nous. Même pour se laver les dents, nous utilisions de l’eau en bouteille. Je ne vous raconte pas le nombre de bouteilles qui y sont passé… Mais au-delà de l’eau, il faut faire attention aux salades, aux fruits et légumes et à tout ce qui est cru d’ordre général. Nous avons fait au mieux mais nous avons tous un peu été malade. L’amoureux et l’un de mes frères en premier…

  • Le pastis : C’est pour ma part le dernier jour qui a été le plus compliqué… Madame tourista avait envie d’être du voyage et mon estomac avait bien envie d’un retour à la normal. Sur les conseils d’Abou, j’ai bu cul sec un fond de Pastis 51, ce qui n’est vraiment pas top côté goût mais j’étais prête à tout pour profiter de ma dernière journée. Et le résultat a été impressionnant ! J’allais mieux dans l’heure. Effet placebo, ou pas, si je peux vous donner un petit conseil c’est bien ça. Et de ne manger que du poulet et du riz, qui les deux sont excellents soit dit en passant.

  • La météo : Anecdote ou pas, c’est une question classique que j’ai trouvé intéressante à aborder. Nous n’avons eu ni trop chaud ni trop froid sur la semaine en général. Les nuits étaient fraîches et mis à part deux trois pics de chaleur, c’était tout à fait supportable. Le vent, lui, était souvent de la partie, au grand malheur de mon chapeau que je n’ai pas pu porter du voyage. Mais pour une fois, je ne l’ai pas perdu, et ça, c’est une grande avancée pour moi !

  • Le prix des choses sur place : Bon à savoir quand vous devez négocier vos prix, le prix réel est divisé par trois par rapport au prix touriste que l’on vous annonce au début. Merci cher guide et chauffeur d’avoir fait en sorte que l’on ne se fasse pas trop avoir.
  • La wi-fi : Au grand désespoir de papa, on a eu de la wi-fi dans tous les hôtels et dans beaucoup de restaurants. Bon, elle n’était pas aussi rapide qu’à la maison mais elle m’a permis de ne pas me retrouver avec 3000 mails en rentrant et de vous poster 5/6 photos pendant la semaine. Une petite dose idéale pour se couper du monde, mais pas trop quand même.
  • Le prix du voyage : Enfin, dernière anecdote ou pas, côté tarif il faut séparer la semaine du prix du billet. Nous avons payé le billet depuis Paris avec une escale 500 euros et la semaine nous a coûté 465 euros par personne, ce qui est tout à fait raisonnable vu le nombre d’activités que nous avons fait. Il y a dans ce tarif l’hébergement, la demi-pension, les excursions, les guides locaux, l’assurance civile, la voiture et chauffeur… Un voyage accessible à tous qui vous transporte et dont vous reviendrez changés !

  • La monnaie locale : On parle en Francs CFA au Sénégal et il ne faut pas être surpris par les gros chiffres. 1 euro = 656 Francs CFA. Quand on est arrivés, on a échangés à l’arrière d’une bâtiment 200 euros et on s’est retrouvés avec plus de 130 000 Francs CFA, ce qui est vraiment impressionnant et nous a presque permis de tenir toute la semaine.

N’hésitez pas s’il vous reste des questions à les laisser dans les commentaires, j’y répondrais avec plaisir !

18 Comments

  • Reply junethirty 19 mai 2017 at 18 h 19 min

    Je ne trouve pas mes mots tellement le voyage a du être excellent. Le texte, les photos, tout donne envie de partir.
    Merci d’avoir partagé cela avec nous.
    Bisous
    Laura

  • Reply Un couple en vadrouille 19 mai 2017 at 18 h 29 min

    Très beau voyage abordable ! Merci pour tes anecdotes et tes belles photos.

  • Reply Plume d'Auré 19 mai 2017 at 19 h 23 min

    Les photos sont trop belles ma jolie Coralie ! Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous !
    Bon week-end !
    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

  • Reply Pauline 19 mai 2017 at 20 h 11 min

    Merci pour ce partage Coralie, c’est vrai que ça donne vraiment envie de partir ! ❤

  • Reply Sarah 19 mai 2017 at 21 h 17 min

    J’ai encore envie de partager un roman tant les noms que je vois écrit me parlent et me rappellent des choses !

    C’est vrai qu’en ce qui concerne le lac rose, vous êtes tombé un peu tard ou un peu tôt. Ce n’était pas là meilleur période pour le voire rose rose. D’autant qu’il l’est encore plus vue du ciel 😉 je me rappelle encore ces vols en cessna avec mo papa et sa folie du voyage … la magie ! Mais je suis certaine qu’il a pu t’eblouir 😉

    Thies me renvoie surtout la pauvreté ! Autant à Dakar les locaux s’en sortent autant à Thies c’est très pauvre. Tu ne trouves pas ?!

    Saint Louis. Mon dieu ! Je me rappelle encore quand on atterrissait entre deux gros porteurs et que le pilote venait dire à ma mère qu’elle avait atterri trop à droite. C’était quand même merveilleux d’arriver comme on voulait avec notre propre moyen de transport. Cette ville semble arrêtée dans le temps. Tout me rappelait l’aeropostal … c’est magique.

    Mais je crois que mes meilleurs souvenirs se trouvent à Goree. Elle n’est plus la aujourdhui, mais je me rappelle cette femme au sourire magnifique qui avait l’habitude de me voir arriver, moi petite blanche, en courant dans ses bras pour pouvoir me régaler d’un beignet à la banane. Moi qui venait uniquement avec ma nounou, ma Mia, ma deuxième maman, sans famille autre qu’elle. Moi la toubab plus sénégalaise qu’un sénégalais lui meme. Oui, je crois qu’ils n’avaient pas l’habitude d’avoir un enfant blanc dans leur bras sans avoir un parent qui leur tombait sur le dos. Comme j’aimais ses moment de complicité. Comme j’aimais me balader avec Mia. Elle m’emmenait partout avec elle. On ramener des beignets sur l’a bateau et une autre poche pour la maison. Elle me gardait dans sa famille et m’emmenait au marché, à la plage ou sur les falaises. Elle me faisait découvrir ses choses que seule elle savait. Oh qu’elle me manque. Meme si je l’appelle toutes les semaines, elle me manque. J’espère bientôt pouvoir la faire venir !

    Mais pour revenir sur tes anecdotes, malheureusement les touristes n’ont pas l’estomac accroché 😉 je me rappelle mon dernier voyage, mon demi frère étau trombe malade tellement ça pouvait être nouveau por lui. Le stage mangues et les oursins ne sont pas les mêmes qu’ici 😉 Alors que mon frère et moi pouvions nous goinfrer comme pas possible !

    En tout cas, je suis persuadée que tu souhaiteras faire partager ce monde à tes enfants plus tard. Tes mots sont tellement accrocheurs que je ressens la force qu’a pu avoir ce voyage sur toi et j’en suis tellement heureuse ! Je suis heureuse de voir que ce pays peut marquer autant. Alors merci !

    Je te souhaite de vivre ca des milliers de fois 🙂

  • Reply samshatavernier 20 mai 2017 at 10 h 58 min

    Ces couleurs, les paysages et les animaux c’est si impressionnant! Merci pour ce partage et ce pur moment de voyage 🙂

  • Reply Alexandra 20 mai 2017 at 19 h 51 min

    Tes photos sont magnifiques ! Ta belle-mère doit être un sacré bout de femme. J’adore ce genre de voyage, et elle doit en avoir fait de super, notamment dans le désert comme tu le dis !
    Je suis contente d’être tombée sur ton article, car je connais Evaneos de nom et de réputation, mais je ne savais que les prix étaient autant raisonnables !
    L’Afrique m’attire de plus en plus. Je suis frustrée de ne pas pouvoir y aller cet été, mais mon copain sait déjà qu’il faut commencer à économiser car en 2018, je l’emmène en safari ! 🙂

  • Reply lilouuuu 20 mai 2017 at 23 h 38 min

    ça à du être un voyage formidable, tu m’as donné envie de visiter ce pays et d’aller découvrir une culture bien différente de la notre.
    Bisou ma belle
    http://lilouuuu.com

  • Reply Mme Bavarde 22 mai 2017 at 13 h 47 min

    Eh beh ! je trouve que ce n’est pas cher du tout pour tout ce que vous avez fait ! Ça me donne envie de tester Evaneos…
    Cet article m’a fait voyager et j’ai bien aimé la partie « petites anecdotes » avec entre autres l’épisode maladie/pastis. Ca m’a rappelé mes séjours en Asie où malgré toutes mes précautions, j’avais été malade. Je ne connaissais pas l’astuce du pastis, alors j’essaierai haha (encore faut-il en trouver durant le voyage ^^)
    Bisous, Emilie

  • Reply Gye Jacquot 22 mai 2017 at 19 h 02 min

    Mon dieu ! C’est tellement beau. Je suis allée dans de très beau endroits mais tu me donnes envie de prendre le 1er billet pour Dakar. J’espère un jour découvrir le Sénégal. Bravo pour les magnifiques photos et le récit.
    https://www.icietlabas.fr

  • Reply Vitalaurea 22 mai 2017 at 23 h 16 min

    Super cet article ce voyage a du être incroyable!
    Les photos sont superbes!

    http://vitalaurea.com

  • Reply Abby | Lace & Lilacs 24 mai 2017 at 18 h 30 min

    Magnifique photos !

  • Reply rosecapsule 25 mai 2017 at 19 h 12 min

    Les photos sont tellement belles et pour faire voyager, c’est sûr qu’elles font voyager !
    Les paysages sont à couper le souffle et en même temps qu’est-ce que cela doit être un voyage enrichissant humainement parlant.. J’adorais vivre cette expérience !
    Merci ce dépaysement et aussi pour la partie « anecdote » remplie de petites choses qui sont très bonnes à savoir !
    Bisous ♡

  • Reply cvsenegal 29 mai 2017 at 9 h 09 min

    R A S copie conforme à l’original : signé l’organisateur : Abou

  • Reply Annie Guitton 29 mai 2017 at 9 h 23 min

    merci d’avoir su transcrire par des mots une petite partie de ce qui est inexplicable… j’aime le Sénégal et Abou est notre ami.

  • Reply marcel sene 9 juin 2017 at 10 h 03 min

    Bonjour je suis un guide au Sénégal j ai beaucoup adoré tes photos et votre séjour au Sénégal et te dit merci d avoir dépaysé notre magnifique pays le Sénégal le pays de la teranga (l hospitalité) on souhaite beaucoup de bonheur et santé paix joix Amour réussite et beaucoup de succès
    Merci et bon retour en France et hâte de vous revoir.
    Moi senegal-nianing.skyrock.com
    Marcel guide au senegal

  • Reply Joanne 13 juin 2017 at 13 h 01 min

    J’imagine que tu as vécu une expérience vraiment enrichissante grâce à ce voyage ! Quant à moi, j’ai prévu d’aller à la découverte du Japon cette année. J’ai pu financer cette escapade en épargnant les rentes que me verse cette SCPI : https://www.corum.fr/ . J’attends impatiemment la date de mon départ !

  • Reply auré 20 juin 2017 at 11 h 45 min

    cet article m’est d’une grande aide… et est un plaisir à lire. nous projetons un voyage au Sénégal avec nos enfants au printemps 2018.
    vos photos sont magnifiques.

  • Laisser un commentaire