Humeurs

Souviens-toi petite mamie

6 mars 2016

IMG_9988

On fête aujourd’hui nos grands-mères chéries.

Une fête certes encore un peu commerciale mais qui me donne envie de m’adresser à la mienne. Il y a plus d’un an, je m’étais déjà adressée à elle et à sa fichue maladie d’Alzheimer dans cet article et comme prévu, la maladie a depuis gagné du chemin. Je vous racontais il y a un an que je continuerai à l’aider dans son quotidien si elle ne s’en souvient plus, je lui rappellerai ce qu’elle a mangé ce midi, je lui rappellerai que papa arrive demain, je lui rappellerai que je n’aime pas le chocolat (elle ne s’en est jamais souvenue de toutes façons), je l’aiderai au Triomino, on éviterai le Scrabble si ça devient trop compliqué, on parlerai du passé lointain et de sa grande tante dont elle se souvient si bien, on la rassurerai, on ne la mettrai jamais en difficulté… Le plus important, c’était son sourire quand elle me voyait, ses grands yeux bleus qui pétillaient, cet amour qui transpirait… Le plus important, c’était qu’elle ne m’oublie pas. Et il y a un an, ce n’était jamais le cas. Mais la maladie a gagné du terrain et rares sont les jours où elle me reconnaît du premier coup désormais. Elle reconnaît mon visage, je le vois bien dans ses yeux, mais mon prénom, c’est plus compliqué. Elle me confonds avec ma cousine et à chaque hésitation de sa part devant moi, j’ai l’impression de me prendre un coup de couteau dans le coeur. « Mamie, c’est moi, tu le sais bien, tu ne peux pas oublier, tu ne peux pas m’oublier, pas après tout ce qu’on a vécu… »

Pourquoi ceci a tant d’importance à mes yeux ? Ce n’est que le reflet de la maladie, une maladie qui la fait sûrement souffrir plus que moi (parce que quoi qu’on dise, pour moi, ils en souffrent, tout du moins tant qu’ils ont des instants de lucidité, et ma petite mamie, elle en a encore beaucoup). La reconnaissance n’est qu’un symptôme logique de la maladie. Je ne dois pas être égoïste et ne penser juste à cette reconnaissance alors qu’elle c’est son quotidien et sa vie tout entière qu’elle oublie ! Mais on a beau nous prévenir, on a beau nous dire que ça va arriver, ça nous brise tout le temps le coeur. J’ai l’impression qu’on m’a enlevé ma mamie. Elle est là physiquement, mais son esprit est absent. Cette mamie, c’est cette femme qui était là auprès de ma maman mes 10 premiers jours d’existence, c’est cette femme qui m’a eue très souvent à la maison quand j’étais petite, c’est cette femme qui prenais le relais quand mes jeunes parents n’en pouvaient plus. Certes, elle se plaignait tout le temps, et combien de fois on m’a dit que je ressemblais à ma grand-mère à force de me plaindre, mais c’est surtout cette femme qui a le plus gros coeur que je connaisse. Une femme remplie de bonté, de bienveillance, d’amour, de naïveté parfois (je vois aussi d’où je la tiens) mais surtout de simplicité, de gentillesse… Une femme qui a tout donné pour ses 7 enfants, une femme que la vie n’a pas aidée mais qui n’a jamais arrêté de se battre. Une femme qui a toujours été plus forte que moi et qui m’a consolée quand Papy est parti. Qui pensait plus à sécher mes larmes qu’aux siennes. Ma mamie, c’est l’une des meilleures personnes que je connaisse et je ne peux pas laisser Alzheimer nous enlever ça…

Depuis une semaine jour pour jour, elle a dû quitter la maison familiale pour partir dans une maison adaptée… Vivre à la maison était devenu trop dangereux pour elle et je suis tout à fait consciente que c’est mieux pour elle mais je n’arrive pas encore à le réaliser. Je n’arrive pas encore à réaliser que sa maison ne sera plus la notre. J’ai pris le temps de parcourir chaque pièce, de regarder chaque détail, de toucher chaque objet, de me rappeler de chaque instant… Ces sourires, ces fous-rires, ces courses dans les escaliers, ces jeux avec les lapins ou dans le bac à sable dans le jardin, ces bêtises à grimper sur le toît. Cette maison, c’est celle qu’elle a toujours connu, ou presque, c’est sa vie. La laisser lui tordait le ventre… Comme par hasard, elle était bien lucide à ce moment-là… Pourquoi les instants de lucidité tombent-ils toujours au mauvais moment ? Comment est-ce qu’elle vit sa nouvelle maison ? Me dire que son premier dimanche seule en maison tombe un jour des grands-mères me rappelle à quel point je suis loin maintenant. Me rappelle à quel point je suis impuissante. Me rappelle à quel point je l’aime et à quel point j’aimerai qu’elle lise ses lignes et qu’elle les relise et relise encore si elle les a oublié. Parce qu’elle aura beau tout oublié, je n’oublierai jamais tous ces moments passés ensemble. Je n’oublierai jamais sa maison. Je n’oublierai jamais ce dernier câlin et ses larmes qui coulaient des deux côtés. Je n’oublierai jamais le bleu de ses yeux et ses petits objets comme ce manège ou ce vélo que j’ai ramené de la maison qui me raccrochent chaque jour à elle. Qu’elle soit à 800kms ou non, elle est toujours dans mon petit coeur. Nous ne serions rien sans nos anciens et nous ne devons jamais oublier tout ce qu’ils ont fait pour nous. Je suis loin d’être la meilleure des petites filles, je suis bien trop souvent absente car dans ma bulle et dans ma vie qui défile à 300 à l’heure mais je ne cesse de penser à eux et sûrement que l’un de mes plus grands regrets quand il seront partis sera de ne pas avoir profité assez d’eux. Mais ça, je ne pourrais m’en vouloir qu’à moi-même.

Bonne fête à mes deux mamies que j’ai encore la chance d’avoir aujourd’hui et à toutes les autres.

IMG_1172

Vous aimerez peut-être

26 Comments

  • Reply Manon 6 mars 2016 at 10 h 56 min

    Ton article est si émouvant, il m’a fait pleuré. Une mamie c’est tellement important. Merci Coralie d’écrire ces articles superbes.

  • Reply Djahann 6 mars 2016 at 11 h 20 min

    Très joli texte. J’ai la chance d’avoir encore ma mamie (à 37 ans), elle a beaucoup de soucis physiques, mais je lui rappelle combien elle (et nous) avons la chance qu’elle ait encore toute sa tête. J’ai tellement de beaux souvenirs avec elle que j’appréhende énormément le moment où elle disparaitra.
    Bonne fête à toutes les mamies, où qu’elles soient

  • Reply Valérie 6 mars 2016 at 11 h 25 min

    Plume très touchante aujourd’hui. J’ai été émue. Sache que le plus important dans cette maladie c’est l’instant présent, l’instant « t ». Peut être qu’elle ne te reconnais pas et est incapable de se rappeler de ton prénom mais elle imprégne bien les traces émotionnelles qui résultent de vos moments partagés. Elle pourra certainement faire un lien entre ta visite et un sentiment de securité, de plaisir. Cela reste même en fin de maladie, à un stade très avancé. La mémoire émotionnelle, ces empreintes mnésiques restent. Renseigne toi sur la maladie ça aide énormément à démystifier et comprendre. Cela aide à avancer aussi. Il y a pas mal de groupe de paroles pour les familles des personnes atteintes d’un Alzheimer. Je suis sûre que tu en trouveras près de chez toi. Et souvent ces espaces de parole sont gratuits. Courage. Je te comprend vachement, ayant ma grand mère dans un autre pays à 16h de vol d’ici ! Quelle impuissance, mais en même temps quel plaisir et bonheur à partager des  » instants » ensemble. L’amour est dans les petites choses et gestes (un coup de fil, un fou rire, un « petit manège », une carte, une visite, même furtive) .

    Une lectrice psychologue travaillant en maison de retraite et respectueuse de nos anciens.

  • Reply Valérie 6 mars 2016 at 11 h 27 min

    Plume très touchante aujourd’hui. J’ai été émue. Sache que le plus important dans cette maladie c’est l’instant présent, l’instant « t ». Peut être qu’elle ne te reconnais pas et est incapable de se rappeler de ton prénom mais elle imprégne bien les traces émotionnelles qui résultent de vos moments partagés. Elle pourra certainement faire un lien entre ta visite et un sentiment de securité, de plaisir. Cela reste même en fin de maladie, à un stade très avancé. La mémoire émotionnelle, ces empreintes mnésiques restent. Renseigne toi sur la maladie ça aide énormément à démystifier et comprendre. Cela aide à avancer aussi. Il y a pas mal de groupe de paroles pour les familles des personnes atteintes d’un Alzheimer. Je suis sûre que tu en trouveras près de chez toi. Et souvent ces espaces de parole sont gratuits.

    Courage. Je te comprend vachement, ayant ma grand mère dans un autre pays à 16h de vol d’ici ! Quelle impuissance, mais en même temps quel plaisir et bonheur à partager des  » instants » ensemble. L’amour est dans les petites choses et gestes (un coup de fil, un fou rire, un « petit manège »,une carte, une visite, même furtive) .

    Une lectrice psychologue travaillant en maison de retraite et respectueuse de nos anciens.

  • Reply Emmy 6 mars 2016 at 11 h 36 min

    Je me suis retenue de pas pleurer, mais ça a été difficile… Ton article est très beau et même si je ne connais personne atteint de cette maladie, je pense comprendre un peu ce que tu ressens. Cela ne doit pas être évident mais il faut continuer à voir la vie en rose, malgré tout <3

  • Reply Amandine 6 mars 2016 at 11 h 36 min

    Magnifique article…
    Je peux tellement te comprendre et à la fois non… Car la maladie d’alzeihmer et les maladies apparentées sont mon quotidien, je travailles dans une ephad ou il y a uniquement des résidents atteints d’alzeihmer donc je vie cela tous les jours, sauf qu’ils ne font pas partis de ma famille… Enfin presque car depuis un peu plus de 4 ans je vie presque avec eux! C’est une maladie terrible… Et souvent certaines familles ne veulent même plus rendre visite à leur proche tellement c’est difficile qu’ils ne se souviennent plus d’eux…
    Ta mamie sera sûrement mieux en maison spécialisée car elle benificiera des meilleurs soins…
    Je te souhaite bcp bcp de courage surtout si tu es loin d’elle, elle ne se souviendra sûrement plus de toi tôt ou tard mais toi tu pourras te souvenir de tout vos moments passés ensemble…
    En tout cas ton article est vraiment très émouvant…

  • Reply Cécilia 6 mars 2016 at 11 h 39 min

    Ton article est tellement touchant ! J’ai perdu une de mes grands – mères au mois de mai, malheureusement trop vite, trop brusquement, elle ne se souvenait pas de nous et était à plus de 1500km, aujourd’hui je regrettes tellement de ne pas avoir pu vivre plus d’instants avec elle… Cela nous rappelle une fois encore que la vie est courte, parfois beaucoup trop et qu’il faut en profiter ! Merci pour ce petit article émouvant, une bonne fête à toutes les mamy du monde de ce monde et d’ailleurs. ❤

  • Reply Axelle 6 mars 2016 at 12 h 05 min

    Article très émouvant. Cette maladie doit être horrible à vivre (je me le suis toujours dit), pour vous comme pour ta petite mamie. Bon courage pour la suite, et surtout bonne fête à toutes les grands-mères qui sont si importantes.❤️

  • Reply Guyonneau 6 mars 2016 at 12 h 07 min

    J’en ai eu les larmes aux yeux, très bel article pour ta mamie ! ❤

  • Reply Madebymaeva 6 mars 2016 at 12 h 24 min

    Un magnifique hommage que tu lui donne <3 Je suis sur que si elle lirai ce texte elle en serai plus que toucher sur le moment <3 J'ai toujours ma grand – mère avec qui c'est très fusionnel même si nous nous sommes pas vue depuis 5 ans à cause de la distance et moi du travail… je la voie 15 jours en Juin je ne te raconte même pas dans l'état de joie que je vais être lorsque je vais retrouver mes grands – parents. . . Il me tarde de les retrouver… profite un maximum d'elle j'ai connu cette maladie avec ma tata … c'est très douloureux … profite en le plus possible …<3 Gros bisous ma coralie <3 Tu es ma bloggeuse préférée et pourtant je ne commente que très peu par ici.. Je devrai plus me pencher sur le sujet car j'aime tellement ta façon d'écrire de raconter les choses… Tu es un petit bout de femme avec grand coeur <3 Je t'adore <3
    Maeva du blog : Madebymaeva.blogspot.fr

  • Reply LN 6 mars 2016 at 12 h 51 min

    Ton article est tellement touchant et émouvant… je me suis arrêtée au moins 5 fois pour essuyer mes larmes…
    Tes mots me font penser à l’une de mes grand-mère qui s’en est allée il y a un an et cinq mois. La douleur est toujours aussi intense. Je tenais beaucoup à elle. A ma naissance, j’ai d’ailleurs hérité de son prénom et ça c’est un grand cadeau dont je suis fière de porter maintenant ! Elle n’avait pas cette maladie, bien au contraire, elle se souvenait de tout, des dates d’anniversaires de ses enfants, de ses petits enfants et arrières petits enfants, des personnes… c’était notre mémoire vivante ! Je l’aime tant.
    Depuis deux semaines, je vais chez une dame qui a elle aussi la maladie d’Alzheimer, c’est seulement le début de la maladie pour elle. Mais ça me fait du bien de lui redonner confiance, un peu d’autonomie, un peu le sourire, de discuter, de lui faire penser à autre chose… c’est ce qu’à fait mon autre mamie pendant longtemps, aller chez les personnes âgées de son quartier et les aider… j’ai pris la relève et j’en suis fière.

    Tes mots me touchent, surtout quand tu parles d’elle, de ta relation avec elle et de la maison que tu ne verras plus, ces souvenirs… ça me fais écho.

    Bonne fête à ta mamie, à toutes les mamies qu’elles soient près de nous, un peu plus loin ou de l’autre côté du chemin. <3 <3 <3 <3

  • Reply louandreaas 6 mars 2016 at 13 h 22 min

    Ton texte m’a bouleversée, m’a serré le coeur et la gorge.
    Ma mamie vieillit également, elle perd la mémoire, elle se perd elle même, a des accès de colère que je ne lui avais jamais connu et qui ne sont pas les siens, en fin de compte. Ses yeux s’égarent parfois pendant des minutes bien longues, et l’on n’ose les ramener vers nous. On ne sait jamais comment on la retrouvera. Elle habite dans les Pyrénées, je suis à Paris. Je la vois donc très rarement. Et chaque séjour là bas a son lot de surprises, pas toujours très heureuses.
    Mais j’essaie de l’accepter, d’être là, de lui rendre tout cela plus facile. J’ai grandi auprès d’elle, l’histoire familial a fait que j’ai passé des mois et des mois dans ses bras et chez elle, durant les premières années de ma vie, et son amour m’a construite, jour après jour.
    J’ai retrouvé cette reconnaissance à l’égard de ta mamie, elle m’a parlé directement.
    Nous les aimerons toujours autant, ferons de notre mieux pour être là le plus souvent, et leur montrer à quel point tout ce qu’elles ont fait a pu compter pour nous. Nous serons là pour leur montrer que nous, nous n’avons rien oublié, et que tous ces souvenirs survivront à travers nous, que rien n’est perdu.
    Les voir s’éloigner petit à petit est un déchirement, mais je crois qu’il faut essayer de profiter malgré tout de ces instants, les aimer encore plus qu’avant. Notre amour, c’est ce qu’elles peuvent recevoir le plus naturellement, c’est une consolation..
    Bon courage pour la suite, merci pour cet article même s’il n’était pas évident à lire, et qu’il a du être tout aussi difficile à écrire. C’est bon de partager ces instants douloureux avec d’autres qui les endurent également, qui les comprend. Ça les rend plus faciles à accepter.

  • Reply Les trucs de Flo 6 mars 2016 at 13 h 29 min

    Ouh là là que j’ai pleuré en te lisant, merci de te livrais à nous.
    J’ai perdu ma Mamy il y a quelques mois et c’est si dure, je n’ai pas vécu cette maladie cela doit être très compliqué..
    Bonne fête à ta Grand Mère.

  • Reply Bourlès Léa 6 mars 2016 at 13 h 46 min

    Texte magnifique ! Merci pour ces mots posés par écrit …
    Je suis infirmière dans une maison adapte et je sais à quel point cette maladie est difficile à vivre pour les familles …
    Je te souhaite plein de courage et même si ta grand mère ne se souviens pas, tous vos souvenirs sont graves dans son coeur …
    Merci encore pour ce très beau texte

  • Reply Cyrielle MaakeUp 6 mars 2016 at 14 h 37 min

    Quelle plume, quel article ! Si émouvant qu’il m’a fait pleurer. Merci pour cet article qui m’a permis de me souvenir des souvenirs avec ma mamie à moi, partie bien trop tôt malheureusement. Profite d’elle, même si elle est loin appelle la, dis toi qu’au fond d’elle, elle ne t’oublies pas, elle se rappelle de toi, ça doit être tellement dur.. Les mamies sont des femmes tellement importantes, des exemples que l’on suit.
    Des bisous <3

  • Reply 30millionsdenvies 6 mars 2016 at 15 h 46 min

    Cet article est vraiment très riche en émotions ! J’espère qu’il t’aura aidé à te sentir un peu mieux :/
    Courage à toi en tout cas ma belle, je sais à quel point cette maladie est cruelle … Sois forte ❤

  • Reply Jade P. 6 mars 2016 at 15 h 47 min

    Ohlalala, tu m’as fait pleurer. C’est l’un des plus beaux articles que j’ai vu sur la blogosphère depuis longtemps.
    Je ne commente pas beaucoup ton blog mais j’apprécie vraiment te lire ! Et cet article me renvoie à ma grand-mère maternelle qui est malade (pas d’alzameir) depuis plusieurs années et que je vois disparaitre peu à peu. Et c’est terrible. Pour autant, je n’oublie jamais les moments passés avec elle et mon grand-père. Je n’oublie pas non plus de leur dire « je t’aime » et de leur donner des nouvelles. Je suis bien trop loin pour leur rendre visite souvent et ça me pèse notamment le dimanche qui me rappelle toujours les repas de famille.
    Un très bel article qui je pense devrait faire réagir un grand nombre d’âmes.
    Passe un bon dimanche,
    Mille baisers,
    Jade

  • Reply Melody 6 mars 2016 at 17 h 05 min

    Salut Coralie,
    Je me permets de te laisser un petit commentaire suite à cet article.
    Ma grand-maman aussi a eu cette maladie durant les 12 dernières années de sa vie. Elle s’en est allée en mai 2015.
    En fait, j’aimerais te dire de ne pas être triste du fait qu’elle ne se souvienne plus. Ce n’est pas grave. La mienne ne se rappelait pas de mon prénom, elle m’appelait par celui de ma cousine (pareil que toi je constate), alors je le lui rappelais chaque fois, et cela ne m’a jamais blessée. C’était comme ça et ce n’était vraiment pas grave. Je voyais qu’elle était très heureuse de me voir, elle me disait « ahh ma petite fille ! » Et même si elle ne savait plus vraiment comment je m’appelais, quelle importance ? L’important, ce n’est pas de passer de jolis moments avec elle ? L’important, ce n’est pas de discuter de ce qu’elle a fait aujourd’hui, de comment elle se sent ? Toi, tu as dans ta mémoire tous ces jolis souvenirs, tu peux les lui rappeler. Ce n’est pas grave qu’elle ne s’en souvienne pas. Il faut accepter sa maladie mais je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Il faut vivre avec. Je me souviens quand je passais un après-midi entier avec elle dans le jardin en été, avec mes deux lapins qui se promenaient autour de nous. Elle me disait « ils sont beaux ces chats »: Je lui disais en rigolant c’est des lapins grand-maman 🙂 Et 40mn après, « ils sont beaux ces chats », je rigolais, je lui disais grand-maman, c’est des lapins 🙂 Et là elle disait « ahh oui je perds la tête ! »
    Je trouve qu’on le vit tellement mieux lorsqu’on prend notre grand-maman, comme elle est, sans regarder le passé avec nostalgie. Ta grand-mère est toujours là, tu peux toujours discuter avec, tu peux toujours la toucher, lui rappeler tous vos souvenirs. Je passais des après-midis entiers avec la mienne mais il y avait une boucle d’environ 15mn. Toutes les 15mn, elle recommençait les mêmes histoires. Ça ne m’a jamais dérangé. Je profitais de ces moments où je pouvais être avec elle et où elle me parlait, elle me racontait ce qu’elle se souvenait, son enfance, sa vie d’avant. Car au final, je préférais l’avoir à mes côtés comme ça que ne plus l’avoir du tout. Essaie de voir si tu arrives à prendre les choses de ce bon côté. Je croise les doigts pour toi. A bientôt, je t’embrasse.

  • Reply Clotilde 6 mars 2016 at 18 h 51 min

    Bonjour Coralie,

    Ces quelques lignes m’ont beaucoup émue. Tes mots ont trouvé un écho en moi, profond. Ce lien qui t’attaches à ta grand-mère, c’est magique… comment tu décris votre relation, vos moments ensemble, et cette douleur qui t’étreins face à sa maladie, sont autant de preuves d’amour partagé.

    Je n’ai pas connu ma grand-mère maternelle, celle à qui tout le monde dit que je ressemble tant. Et ma grand-mère paternelle, eh bien, voilà bien longtemps que je ne l’ai pas revue. Petite j’allais chez elle dans sa grande maison pendant l’été, où je retrouvais des cousins, et j’en garde de chouettes souvenirs. Mais les années passant, les visites, les coups de fil, les cartes de vœux se sont espacés.
    Je n’ai jamais vraiment su comment l’appeler : « mamie », « mémé », « mamichette » ? Pour moi c’est juste la maman de mon papa.

    En te lisant, je réalise à quel point ça m’attriste, de ne pas avoir plus à raconter sur elle, sur sa vie, ses habitudes, ses loisirs. Cela me révolte, d’avoir une grand-mère en bonne santé mais ne rien partager avec elle, alors que les meilleures mamies du monde sont atteintes des pires maladies.

    Je te souhaite beaucoup de courage et de force pour vivre avec cette grand-mère en or les années à venir. Merci pour ce bel article, qui m’a aussi ouvert les yeux.
    Je te souhaite une bonne soirée, moi j’ai quelqu’un à appeler…

  • Reply Plumvent 6 mars 2016 at 19 h 37 min

    Merci pour cet article très touchant. Pour ma part, j’ai toujours une grand-mère, mais l’autre est décédée, il y aura sept ans (le 12 Mars prochain…), d’un fichu cancer. Je comprends tellement ce que tu as pu ressentir lorsque tu as compris que tu ne verrais plus sa maison, les meubles, les bibelots, bref, tout ce qui a contribué à créer mille souvenirs… Bon courage pour la suite avec ta mamie, et malgré la peine et la douleur, je suis certaine que tu auras encore de bons moments à vivre avec elle 🙂

    Passe une très belle soirée (◡‿◡✿)

  • Reply klo03 7 mars 2016 at 0 h 09 min

    Ton article m’a mis les larmes aux yeux. C’est exactement ligne après ligne mon histoire et ce que j’ai ressenti aujourd’hui. Appeler mamie et l’entendre chantonner une chanson de la guerre sans savoir qui lui parlait au téléphone. La vie est tellement belle, de si beaux moments partagés avec elle. Pourquoi nous avoir enlevé tout ça. L’important est encore qu’on veille sur eux/elles, afin qu’elles aient la paix qu’elles méritent.
    Merci pour ton article, vraiment.

  • Reply Mela6488 7 mars 2016 at 11 h 33 min

    Bonjour à toi. Ton article m’a également touché car je traverse moi aussi le fait qu’une personne de ma famille est touchée par cette satané de maladie comme je l’appelle. Ce n’est pas ma grand mère mais mon grand oncle qui en est atteint. Lui,qui a fait tellement de chose pour les uns et les autres et qui a fait tellement de voyage dans sa vie et qui ne se rappellent plus de grand choses maintenant. Ils se souvient de nous pour le moment, ça fait plaisir quand on vas le voir.

    Merci beaucoup pour tes lignes d’écritures. Bonne journée à toi et des caresses à luna.

  • Reply Floriane 7 mars 2016 at 19 h 21 min

    C’est un article très touchant, ta mamie serait fière de lire ces quelques lignes que tu as écrit pour elle. Profite d’elle encore et encore tant que tu le peux <3

  • Reply marilou 7 mars 2016 at 22 h 40 min

    Ton article est si touchant, si emouvant qu’il m’a fait pleurer… Moi il me reste qu’une grand mere (j’ai perdu ma 1ere grand mere il y a si longtemps, que je peine a me souvenir d’elle… ) Mais ma deuxieme grand mere, paternelle, qui elle est toujours là, je ne la vois que tres peu, elle s »est disputé avec mon père, et vit tellement loin (9h de train et j’ai pas le permis) que je ne la voit plus… Et ton texte me fais penser que même si mon père est faché avec ma « mémé d’amour » moi non et peu importe les 9h de trajet, ca reste ma grand mere et c’est maintenant quil faut que je profite d’elle, avant les maladies et quelles ne soit plus là. Alors Merci d’ouvrir mes petits yeux et devine quoi avant d’écrire ce long com (billet de train pris pour aller la voir!) Merci

  • Reply Coline 8 mars 2016 at 19 h 45 min

    Bien trop d’émotion dans ce joli article pour mon petit coeur fragile…J’ai comme toi la chance d’avoir encore mes deux grand-mères et en pleine forme, et je n’ai pris que très récemment conscient de la chance que j’ai…qu’est ce que l’on peut être égoiste parfois…Je suis médecin et je suis (bien trop) souvent confrontée à lé dégénérescence physique ou cognitive liée à l’âge…et ça ma heurté de plein fouet comme ça l’année dernière, à 28 ans mes grands parents ne sont pas éternels…ALors j’essaie d’être plus dispo pour eux, un coup de fil, un passage à l’improviste, n’importe quoi pour emmagasiner ces moments de bonheur et voir briller leurs yeux de bonheur comme tu le dis si bien.
    Ce texte est un bel hommage à ta grand mère, il transpire l’amour.
    A bientôt jolie Coralie

  • Reply lostindiscovering 8 mars 2016 at 22 h 41 min

    Article très touchant, j’ai les larmes qui coulent. Prend soin d’elle, de toi, de ta famille. Bisous <3

  • Laisser un commentaire